Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 09:16

En constatant, entres autres, que le fossé qui sépare les habitants des quartiers défavorisés du reste de la population continue à se creuser, l'Association des maires de grandes villes de France (AMGVF), l'Association Ville & Banlieue et  l'Association des communautés urbaines de France (ACUF) ont pris l'initiative de publier le 4 avril dernier un manifeste que je veux partager avec vous.

pdf.gif

 

Manifeste pour une nouvelle politique de la Ville

 

Les candidats à l'élection présidentielle y sont invités à prendre position sur leurs ambitions pour les quartiers et la banlieue. Si certain ont répondu, merci de nous l'indiquer dans les commentaires.

 

A la modeste échelle d'une E2C et de la vie quotidienne de ses stagiaires, je veux relayer ici le besoin d'une "prise de conscience partagée de l'urgence de la situation".

 

A l'inverse de 2007, ce n'est pas un thème sérieusement abordé dans cette campagne électorale. Il y a pourtant des quartiers où la République va mal et où il n'est pas simple de donner du sens à notre "Liberté, Égalité, Fraternité", ni même à un seul des trois.

Si 1/3 des habitants des zones urbaines sensibles vivent sous le seuil de pauvreté, si le taux de chômage des jeunes y atteint 43% pour les jeunes actifs et 37% pour les jeunes actives c'est que le problème est très largement structurel et que la fin de la crise économique et la bonne volonté des habitants de ces quartiers ne suffiront jamais à les extraire de cette nasse. Et pourtant ils sont nombreux à dépenser une énergie infinie pour rester à flot, mais ils restent juste à flot.

Il n'y a rien à gagner à laisser se désespérer une partie aussi large et aussi territorialement concentrée de nos concitoyens.

Un des meilleurs investissement à réaliser dans les années à venir serait d'inverser cette ghettoïsation en marche.

 

Repost 0
Publié par Hervé DEMARCQ - dans Les jeunes
commenter cet article
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 09:00

http://www.louischauvel.org/index_fichiers/image004.jpgA une époque de l'année ou il est de bon ton de se souhaiter douceurs et félicités, je vous invite à lire la chronique publiée  par Louis Chauvel, sociologue et professeur à Sciences Po dans le Monde du 4/01 : "Les jeunes sont mal partis" et ensuite d'évaluer ce que vouler souhaiter à la jeunesse.

 

j'ai souvent et récemment eu l'occasion sur ce blog d'aborder la question du chômage des jeunes et de leur pauvreté grandissante. C'est un peu la raison d'être de l'e2c même si notre action se concentre sur l'accès au 1er métier.

 

Cet article embrasse le problème de la jeunesse dans notre société dans toute sa dimension (et elle est vaste) en faisant un distinguo précis entre les symptômes et les causes du problème. Il met aussi en évidence le déni global de cette société face à cette difficulté majeure. Il y a dans cet article une analyse conjoncturelle et structurelle du phénomène à la fois précise et concise que je vous recommande chaleureusement.

 

Nous avons dans la majorité (totalité ?) des débats politiques actuels une préoccupation forte, et nécessaire j'y souscrit personnellement, sur nos capacités à nous inscrire dans une logique de développement durable.

 

Comment ne pas inscrire la dignité que nous accordons à notre jeunesse dans cette perspective ?

 

L'emploi a été la première digue à lâcher, mais maintenant c'est le logement, la santé et même le transport qui s'ajoutent aux difficultés les plus significatives de cette génération.

Depuis La Fontaine on sait à quel point la qualité du départ est essentielle, comment sera notre société dans 50, 80 ou 100 ans ? Le fait que je ne serai pas là pour mesurer l'étendu du désastre ne parvient pas à me faire oublier la question. Et vous ?

  • J'espère que les échéances politiques nationales (mais pas seulement celles la) que nous vivrons dans les mois à venir, feront une large place à cette question.
  • J'espère que ce débat structurera et identifiera des volontés communes sur la question.
  • J'espère que nous aurons la capacité de passer au plus vite de la volonté à l'action.

Pendant que j'espère, j'espère, j'espère, une part, chaque jour un peu plus large de la jeunesse se désespère.

 

Il nous faut, très vite dire et montrer à nos enfants à quel point ils comptent pour nous et ceux dans une dimension beaucoup plus large que la seule sphère familiale.

 

Pour agir, il faut comprendre. L'article de Louis Chauvel le permet ; ne vous privez pas de sa lecture.

Pour les aficionados, il y a une version longue (comme à Hollywood) qui mérite ausi votre attention (pdf): « La jeunesse est mal partie »


J'espère que vous nous ferez partager vos conclusions et votre ressenti dans les commentaires de ce billet.

http://medias2.cafebabel.com/1932/thumb/355/-/hitch-hiking-from-brussels-to-berlin-hitch-hiking-from-brussels-to-berlin.jpg

Repost 0
Publié par Hervé DEMARCQ - dans Les jeunes
commenter cet article
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 08:25

Un graphique suffisament clair pour comprendre que les jeunes payent le prix fort de la situation

http://www.alternatives-economiques.fr/pics_bdd/article_options_visuel/1292011572_Nouvelle%20image.jpg

 

d'autres détails sur Alternatives économiques <ici>

Repost 0
Publié par Hervé DEMARCQ - dans Les jeunes
commenter cet article
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 10:23

http://osocio.org/images/uploads/directions-alcohol-abuse2_thumb.jpg      A lire dans le Parisien :

Le Secours catholique rend ce matin son rapport annuel. Il pointe, comme la majorité des autres associations caritatives, un phénomène nouveau : de plus en plus de jeunes doivent être aidés. Analyses, interviews et conseils à lire dans «le Parisien» - «Aujourd'hui en France».

....

lire la suite

 

A lire absolument, c'est un problème majeur de notre société.

Ne pas rater l'article connexe : Diane, 20 ans, vit avec 475 € par mois

 

mise à jour du 12/11/10 : "Ma vie d'étudiante à faire semblant de ne pas être pauvre" sur Rue 89 pour comprendre que le niveau d'étude n'est pas le critère le plus distinctif du problème. 

 

Abandonner à ce point sa jeune génération, c'est presque de l'automutilation sociale selon moi.

 

La seule solidarité vraiment organisée pour les jeunes est la solidarité familiale. Quand elle fait défaut : c'est la chute libre jusqu'à la rue. C'est terriblement destructeur.

 

Les stagiaires de l'E2C sont stagiaires de la formation professionnelle.

C'est un statut. Pour eux, c'est surtout une rémunération de 310€ ( parfois 650€). C'est financé par la Région (pour nous Ile de France) et c'est une clé de voûte du dispositif. Sans cette indemnité, impossible de penser à autre chose qu'à sa survie immédiate.

Certains jeunes sont aussi soutenus par un contrat d’insertion dans la vie sociale (CIVIS) qui représente une allocation de l’État pouvant atteindre 300 € par mois (entre 5 et 10 € par jour), en fonction du nombre de jours pendant lesquels aucune rémunération ou allocation n'est perçue ; et ce, dans la limite de 900€ par an.

C'est très limité, surtout dans le temps et il est difficile de résoudre ses problèmes et de rebondir vers une situation pérenne dans un délai aussi court.

 

Imaginez simplement devoir vous vêtir, vous loger, vous nourrir et vous déplacer avec 300 € par mois. Vous aurez compris la situation d'une part importante de la jeunesse. Nous n'avons pas de quoi être fier.

 

Une urgence !

Repost 0
Publié par Hervé DEMARCQ - dans Les jeunes
commenter cet article
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 07:45

http://www.imaginetonfutur.com/IMG/arton2494.jpgC'est une des nombreuses interviews du Colloque, mais elle nous concerne plus directement.

Après l'interview de TVfil 78, Sheerazade devient la vedette de notre école pour ce Colloque. Vous voyez sur la photo ci-contre qu'elle porte le polo de l'organisation du Colloque où elle était chargée de l'accueil et du placement des invités.

 

Après un échec scolaire suivi de deux ans d’inactivité, à 23 ans, Sheerazade vient de découvrir le réseau des Écoles de la deuxième chance qui vont lui permettre d’élaborer un projet précis et d’entrer en contact avec le monde professionnel. Elle nous fait part de son expérience.

 

la suite est sur Imagine ton futur

Repost 0
Publié par Hervé DEMARCQ - dans Les jeunes
commenter cet article
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 10:38

Conséquence directe de l'atelier sur la santé des jeunes proposé dans le cadre des 1ère journées nationales des Missions Locales, j'ai découvert (1 an après sa publication  ) cette synthèse d'une Biennale sur la santé des jeunes organisée par l'Etat.

 

 Le document est consultable <ici>

 

C'est bigrement instructif. Bonne lecture.

Repost 0
Publié par Hervé DEMARCQ - dans Les jeunes
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 15:09

Article paru sur Le Monde.fr :

Échec scolaire : une enquête révèle la souffrance des élèves des quartiers populaires

 

Ce que les stagiaires de l'e2c nous disent de leurs parcours à l'école est conforme à la situation décrite par cette enquête.

Lecture conseillée.

Merci Olivier pour l'info

Repost 0
Publié par Hervé DEMARCQ - dans Les jeunes
commenter cet article
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 06:30
Malika est stagiaire à l'e2c de Saint-Quentin-en-Yvelines depuis début 2009.
Elle vient de réussir son admission dans un centre de formation, elle quittera très bientôt l'école.
Après avoir ardemment développer ses compétences (admirez le résultat ci-dessous) et construit son projet professionnel pour exercer un métier dans l'aide aux personnes et avant de nous quitter elle a accepté de réaliser cette présentation de l'école. Elle sera visible à l'entrée de l'e2c pour nos visiteurs.
Je la remercie chaleureusement pour ce "bonus" dont elle nous gratifie.

Repost 0
Publié par Hervé DEMARCQ - dans Les jeunes
commenter cet article
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 20:57
L'expérimentation proposée à Creteil de récompenser l'assiduïté des élèves soulève une grosse polémique.
Payer les élèves, les moins bons de surcroit, dans le cadre d'une scolarité obligatoire semblent abusif et scandaleux.
Certains dénoncent une abbération d'autres vont même jusqu'à parler de corruption des élèves.
Moi aussi à la première lecture je tiquais. Pour le moins.
Mais après avoir creusé un peu le sujet je crois qu'il faudrait essayer. Ca et beaucoup d'autres choses.

Cette tentative, car à ce jour, personne ne présente cette expérience comme une solution éprouvée, a lieu dans un cadre social, urbain et scolaire où le Pacte Républicain est rompu depuis belle lurette et ou le plus grave serait certainement de ne rien faire.
Une part importante de la jeunesse de notre République est suffisamment désespérée pour ne plus rien investir sur son propre avenir.  Avant de reposer les bases d'une École plus conforme à nos aspirations et nos ambitions il convient de trouver des solutions immédiatement efficaces pour ne pas laisser ces jeunes totalement à l'abandon. 120 000 jeunes quittent chaque année le système scolaire sans aucun diplôme ni qualifications. Le marché de l'emploi ne pourra jamais les accueillir sans un minimum de compétence, ils ne tiendront jamais un rôle, dont ils pourront être fiers, dans la Société.
Il s'agit, dans cette expérience de Créteil, de financer un projet pédagogique (voyage par exemple) et non de rémunérer les élèves. C'est une précision essentielle dans le cadre d'une scolarité obligatoire pour laisser l'expérimentation aller jusqu'au bout et vérifier les avantages, les inconvénients, les opportunités et les menaces que ce dispositif engendrera.

Réjouissons-nous que certains Professeurs, Proviseurs, Inspecteurs, ... bravent la hiérarchie (et les donneurs de leçons) pour essayer d'autres choses et en mesurer les effets. Réjouissons-nous que certains soient prêts à leur en donner les moyens.

Le pire en tous cas sera de continuer à ne rien faire.
Repost 0
Publié par Hervé DEMARCQ - dans Les jeunes
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 15:24
Feu le RMI et maintenant le RSA n'est accessible qu'aux personnes de plus de 25 ans. Le "Livre Vert" identifie des pistes pour ne pas laisser les jeunes s'enfoncer dans une telle pauvreté qu'ils ne puissent plus sortir de l'exclusion.
Il semblerait que les jeunes ayant travaillés au moins 2 ans soit elligibles à cette solidarité au même titre que les adultes.
Parmi les jeunes, combien de ceux qui peuvent faire attester de 2 ans de travail auront besoin de RSA ?

vu sur le JDD
: LE RSA pour les jeunes actifs
Repost 0
Publié par Hervé DEMARCQ - dans Les jeunes
commenter cet article

Rédacteur Du Blog

  • : SDNQ - un blog sans diplôme ni qualification
  • SDNQ - un blog sans diplôme ni qualification
  • : blog du directeur de l'École de la 2e Chance en Yvelines - e2c 78-
  • Contact